Archives mensuelles : novembre 2012

F.A.Q

Quelques questions pour mieux cerner Chiaroscuro.

 

Quel est le genre d’univers dépeint ?

Chiaroscuro est le nom d’un monde qui puise dans plusieurs imageries : le médiéval fantastique et l’antiquité gréco-romaine essentiellement, ainsi que des œuvres précises comme Dying Earth de Jack Vance et les jeux Final Fantasy, parmi bien d’autres. Dans cet univers, l’espèce dominante est l’humanité, et s’il existe d’autres entités douées d’intelligence, elles ont pour la plupart un rôle somme toute marginal.

Quelles sont les points saillants de cet univers ?

Le monde de Chiaroscuro est plat et en lente mais perpétuelle expansion. Il est régi par deux forces complémentaires, le Clair et l’Obscur. Ces forces se manifestent à travers deux entités primordiales, le Père Nuages et la Mère Sylve, qui sont présents en Chiaroscuro mais demeurent énigmatiques et distants vis-à-vis de l’humanité.
Le cadre de jeu est décrit essentiellement à travers la culture du peuple célian et de sa principale nation, l’Empire de Celalta, qui serviront de référence culturelle aussi bien pour les joueurs que le meneur de jeu. Cette culture est un mélange fantaisiste d’éléments sociaux et esthétiques tirés de l’antiquité gréco-romaine, le moyen-âge européen et la Renaissance italienne, mais ces éléments ne servent qu’à donner un certain cachet visuel, culturel et linguistique au contexte, sans réelle correspondance (ou pertinence …) avec notre propre monde.

Quels sont les axes de jeu envisageables ?


En premier lieu, l’Empire de Celalta  a été durement atteint, à la suite d’une guerre civile qui remonte à une dizaine d’années et l’a privé d’une bonne partie de ses territoires. Il est donc possible de mettre en scène des intrigues politiques en considérant les péripéties et opportunités liées à un pouvoir historique affaibli, face à l’essor d’une alliance qui est elle-même riche en tensions internes. Les joueurs pourront alors incarner des personnages
de la noblesse célianne, ou des vassaux de cette même noblesse, dans cette course au pouvoir.

-Le fait que la guerre civile ne remonte qu’à quelques années donne également diverses possibilités dramatiques impliquant les personnages ou leurs familles : dissensions, rivalités, vengeance, tragédie…
Ces mêmes  intrigues peuvent également donner l’occasion aux joueurs de chercher des savoirs divers (techniques de combat, magie, secrets artisanaux ou savoirs antiques) susceptibles de leur être utiles directement, de servir à leurs maîtres ou d’être revendus.

– On peut aussi incarner des personnages plus proches du concept classique d’aventuriers. Les personnes influentes ont toujours besoin d’hommes de main, et certaines communautés sont la proie de hors-la-loi ou de pillards qui profitent des rivalités entre les puissants. Et les gentilshommes de fortune sont par essence des gens qui espèrent bien s’élever au dessus de leur condition, ou qui se targuent d’embrasser une cause qui donne un sens à leur existence.

– Il est également possible d’affilier les personnages joueurs à un culte, une école de magie ou un autre groupe ésotérique relativement fermé. Ces groupes ont des ambitions, des secrets et des rivalités, sans compter qu’ils sont souvent impliqués dans les luttes politiques.

Enfin, Chiaroscuro fournit diverses pistes et propositions pour mettre en scène des menaces extérieures à l’Empire ou qui revêtent un caractère plus épique.

Ainsi, on peut envisager différents types d’histoires, et d’ambiances ?

Tout à fait. Chiaroscuro n’est pas un univers qui se veut générique mais il vise à dépeindre un monde dense et multiple, quand bien même on le décrit surtout à travers une culture donnée. Il offre donc diverses problématiques et laisse la place au meneur pour les entremêler, ou créer les siennes. De ses choix découleront les enjeux et le ton donné aux parties.

Quelles peuvent être les origines des personnages ?

Pour l’essentiel, Chiaroscuro s’attache à décrire les célians, c’est-à-dire les humains descendants des  tribus qui ont fondé l’Empire, et dans une moindre mesure des peuples voisins qui ont été
assimilés en son sein ou entretiennent des contacts réguliers avec les célians.
Les personnages peuvent aussi bien être nobles que roturiers, et même avoir une certaine importance si le meneur le souhaite. Il sera possible par la suite de concevoir des personnages issus de cultures étrangères, mais pour l’heure, Chiaroscuro se concentre donc essentiellement sur les célians et ceux qui ont adopté leurs traditions.

 Quel est le système de jeu utilisé ?


Il s’agit d’un système dédié, utilisant des dés classiques à six faces et dont la mécanique accorde une grande importance aux forces du Clair et de l’Obscur. Il repose également sur la notion de savoirs secrets, la plupart des effets magiques, techniques de combat ou secrets artisanaux, par exemple, étant soigneusement préservés par leurs détenteurs.
Ainsi, ces savoirs ne sont pas seulement liés aux caractéristiques ou aptitudes des personnages mais sont généralement réservés à des gens que leurs détenteurs considèrent comme dignes de confiance, loyaux, ou suffisamment généreux à la dépense. En le disant plus clairement : si un joueur peut faire évoluer son personnage à sa guise en tirant partie du système d’expérience, un certain nombre de secrets et de techniques ne lui seront accessibles que si son personnage connaît leur existence, et parvient à donner des garanties (argent, services, allégeance…) à ceux qui les détiennent.  A moins qu’il ne s’efforce de retrouver des secrets oubliés ou légendaires…

 Vous avez parlé de forces et d’entités primordiales, mais encore ?


Père Nuages et Mère Sylve sont considérés comme les créateurs du monde de Chiaroscuro par nombre de gens, la manifestation même des principes abstraits  du Clair et de l’Obscur. Mais ils semblent être des créateurs pour le moins indifférents, en particulier en ce qui concerne
les humains. Si de nombreuses croyances ont vu le jour les concernant, il existe bien d’autres formes de philosophies ou de religions : cultes rendus aux esprits de la nature ou aux ancêtres, doctrines métaphysiques, personnages historiques divinisés… l’Empire se soucie peu des croyances de chacun, du moment qu’elles ne menacent pas l’ordre établi. Le Clair et l’Obscur
empruntent quant à eux de manière très simplifiée à la symbolique taoïste et fonctionnent donc comme des principes immanents, des forces opposées et complémentaires.

 Et si nous parlions de la magie ?


Elle existe sous diverses formes :  pratiques animistes antiques, magie quarte basée sur la symbolique des saisons et des éléments, invocations enseignées dans l’Eglise Séraphique qui est l’héritière de secrets ayant détruit une puissante civilisation … Il existe également des pratiques magiques légendaires, interdites ou oubliées, voire dont l’existence même est sujette à caution : la nécromancie, les rites des mystérieux fuligines, l’alchimérie qui permet de créer des êtres vivants ainsi que la démonologie venue d’au-delà des mers.
Les personnages joueurs qui le désirent pourront apprendre une ou même plusieurs formes de
magie dans la mesure, là encore, où ils ont  accès à des sources fiables et où l’on accepte de leur dispenser ce savoir.

 Que peut-on croiser à part des humains ?


Bien que l’humanité soit la seule espèce dont les joueurs puissent incarner des membres, il existe un certain nombre d’êtres exotiques sur Chiaroscuro. Les clairières de l’immense forêt de Primasilva abritent des licornes, certains tombeaux sont hantés par des spectres et l’on évoque parfois les pactes avec des entités démoniaques. Il existe également des êtres créés de toutes pièces par l’humanité comme les hommes-loups Lykres, mais seuls les humains ont bâti
des civilisations, des cités, etc.
Cependant, il est utile de rappeler que Chiaroscuro est un monde en perpétuelle
expansion. S’il le désire,  le meneur a donc toute latitude pour confronter ses joueurs à une menace nouvelle, qui peut être une espèce non-humaine intelligente et ambitieuse provenant des régions les plus éloignées par exemple.

Présentation

Depuis toujours, le monde plat de Chiaroscuro est régi par deux entités distantes et énigmatiques, le Père Nuages et la Mère Sylve, qui incarnent les forces complémentaires et entremêlées du Clair et de l’Obscur.
Plusieurs civilisations humaines ont vu le jour sous le regard de ces dieux mystérieux, qui les ont laissé évoluer à leur guise, pour des raisons qui restent les leurs. Durant ce dernier millénaire, l’Empire de Celalta a rayonné jusqu’à devenir une nation des plus puissantes. Mais après la puissance est venue la décadence et finalement la chute.
Il y a une décennie à peine, la guerre civile a brisé l’Empire en deux. Déjà, les anciennes maisons rivales qui le composaient et qui conclurent une paix fragile s’entredéchirent. Et de nouveaux conflits sont sans doute à prévoir.
Tandis que certains goutent les saveurs de l’amertume, d’autres sont inspirés par le parfum de l’ambition et complotent, cherchant à briser le pouvoir de leurs ennemis ou à asseoir le leur. Les antiques savoirs perdus, les techniques des maîtres artisans, les secrets de famille ou les mystères
ésotériques ne sont que des outils de plus dans les plans de ces hommes, puissants ou cherchant à le devenir.
Les dieux continuent à s’occuper de leurs incompréhensibles affaires et n’accordent qu’une vague attention à tout cela. Comme ils l’ont toujours fait. Comme ils le feront toujours.
Et, car telle est leur nature, les hommes une fois encore cherchent à exaucer leurs désirs. De puissance. De richesse.
Certains se rassemblent pour former des coteries. D’autres deviennent condottieri et louent leur talent à l’épée. Les familles nobles se raccrochent à leur richesse naissante ou aux vestiges de leur grandeur
disparue et leurs héritiers tentent de préserver leur avenir. Nombreux sont les gens du peuple qui cherchent de nouveaux pouvoirs, ou de nouvelles allégeances. Et rares sont ceux qui tentent de s’abreuver à l’histoire ou aux évidences depuis longtemps connues.

Il en va du cœur de l’homme comme il en va du monde. Clair et Obscur à la fois.
Comme il en a toujours été
Comme il le sera toujours.

Et le monde continue son chemin.