Univers

Quelques questions pour mieux cerner Chiaroscuro

 

Quel est le genre d’univers dépeint ?
Chiaroscuro est le nom d’un monde qui puise dans plusieurs imageries :
le médiéval-fantastique et l’Antiquité gréco-romaine essentiellement, ainsi que (de manière plus discrète) dans des œuvres précises comme les livres de Jack Vance et les jeux vidéo Final Fantasy.
Dans cet univers, l’espèce dominante est l’humanité, et s’il existe d’autres entités douées d’intelligence, elles ont pour la plupart un rôle somme toute marginal.

Quels sont les points saillants de cet univers ?
Le monde de Chiaroscuro est plat et en lente mais perpétuelle expansion. Il est régi par deux forces complémentaires, le Clair et l’Obscur. Ces forces se manifestent à travers deux entités primordiales, Père Nuages et Mère Sylve, qui sont présents en Chiaroscuro mais demeurent énigmatiques et distants vis-à-vis de l’humanité.
Le premier ouvrage du projet Chiaroscuro – Imperium – aborde le cadre de jeu en se focalisant pour l’essentiel sur le peuple célian et sa principale nation, l’Empire de Celalta, qui serviront de référence culturelle aussi bien pour les joueurs que le meneur de jeu. La culture célianne est un mélange fantaisiste d’éléments sociaux et esthétiques tirés de l’Antiquité gréco-romaine, du Moyen-âge européen et la Renaissance italienne, mais ces éléments ne servent qu’à donner un certain cachet visuel, culturel et linguistique au contexte, sans réelle correspondance (ou pertinence …) avec notre propre monde.

Dieux et forces diverses
Père Nuages et Mère Sylve sont considérés comme les créateurs du monde de Chiaroscuro par nombre de gens, la manifestation même des principes abstraits  du Clair et de l’Obscur. Mais
ils semblent être des créateurs pour le moins indifférents, en particulier en ce qui concerne les humains. Si de nombreuses croyances ont vu le jour les concernant, il existe bien d’autres formes de philosophies ou de religions : cultes rendus aux esprits de la nature ou aux ancêtres,
doctrines métaphysiques, personnages historiques divinisés… l’Empire se soucie peu des croyances de chacun, du moment qu’elles ne menacent pas l’ordre établi. Le Clair et l’Obscur empruntent quant à eux de manière très simplifiée à la symbolique taoïste et fonctionnent donc comme des principes immanents, des forces opposées et complémentaires.

Quels sont les axes de jeu envisageables ?
Le premier ouvrage du projet est centré sur les axes de l’intrigue et du complot. L’Empire de Celalta  a été durement atteint, à la suite d’une guerre civile qui remonte à une dizaine d’années et l’a privé d’une bonne partie de ses territoires. Il est donc possible de mettre en scène des intrigues politiques en considérant les péripéties et opportunités liées à un pouvoir historique affaibli, face à l’essor d’une alliance, la Ligue, elle-même riche en tensions internes. Les joueurs pourront alors incarner des personnages de la noblesse célianne, ou des vassaux de cette même noblesse, dans cette course au pouvoir. Le fait que la guerre civile ne remonte qu’à quelques années donne également diverses possibilités dramatiques impliquant les personnages ou leurs familles : dissensions, rivalités, vengeance, tragédie…

On peut aussi incarner des personnages plus proches du concept classique d’aventuriers. Les personnes influentes ont toujours besoin d’hommes de main, et certaines communautés sont la proie de hors-la-loi ou de pillards qui profitent des rivalités entre les puissants. Les gentilshommes de fortune sont par essence des gens qui espèrent bien s’élever au dessus de leur condition, ou qui se targuent d’embrasser une cause donnant un sens à leur existence.
Il est également possible d’affilier les personnages joueurs à un culte, une école de magie ou un autre groupe ésotérique relativement fermé. Ces groupes ont des ambitions, des secrets et des rivalités, sans compter qu’ils sont souvent impliqués dans les luttes politiques.

Par ailleurs, Imperium présente brièvement les cultures en contact avec les Célians et donne quelques aperçus du reste du monde et de certaines de ses facettes. Il s’agit ainsi de poser les
premiers jalons qui permettront par la suite de donner plus de place dans le projet aux créatures fantastiques et peuples exotiques.

Ainsi, on peut envisager différents types d’histoires, et d’ambiances ?
A terme, le projet Chiaroscuro vise à dépeindre un monde dense et multiple, quand bien même on le décrit surtout à travers une culture donnée pour commencer. Il s’agira donc d’élargir et diversifier progressivement les perspectives offertes aux meneurs de jeu.
Février 2018 sera ainsi l’occasion de voir sortir le supplément Umbrae, qui nous permettra de présenter plus en détails d’autres facettes du cadre décrit dans Imperium. Créatures fantastiques, magie, mort-vivants, secte malsaine seront au menu.

Quelles peuvent être les origines des personnages ?
Dans le premier ouvrage du projet – Imperium – les personnages sont des Célians, c’est-à-dire les descendants des  tribus qui ont fondé l’Empire de Celalta. Les personnages peuvent aussi bien être nobles que roturiers, et même avoir une certaine importance dans la société si le Meneur le souhaite. Il sera possible par la suite de concevoir des personnages issus de cultures étrangères, au fur et à mesure que les peuples présentés dans le premier ouvrage seront développés de manière plus exhaustive. Cependant, les races propres à de nombreux univers d’heroic-fantasy (elfes, nains…) sont totalement absentes de Chiaroscuro. Pour autant, le monde de Chiaroscuro étant en perpétuelle expansion, la possibilité est implicitement offerte aux Meneurs de concevoir leurs propres races et cultures non-humaines, s’ils souhaitent leur donner une place dans cet univers.

Quelle place est accordée à la magie ?
La magie est très présente dans le monde de Chiaroscuro. L’Empire celaltan a même légiféré sur certaines pratiques et connaissances magiques, afin de réglementer leur usage. La magie est donc reconnue et la majorité de ses pratiquants ont une place dans la société. Il est possible de se procurer des objets magiques simples sans difficultés, pour peu qu’on dispose d’assez
d’argent. Le livre Imperium propose déjà quatre formes de magie accessibles aux joueurs. D’autres formes de magie sont sommairement évoquées, mais non décrites. Cependant, la majorité des habitants de Chiaroscuro n’ont aucune connaissance pratique de la magie. Son apprentissage demande de la constance et surtout, les détenteurs des savoirs magiques sont assez réticents à partager leurs secrets avec n’importe qui.

Et les créatures fantastiques ?
On retrouve dans Chiaroscuro bon nombre de créatures issues du bestiaire classique de la fantasy (griffons, licornes, spectres…), ainsi que des entités plus originales (Ailoedis, dragon-lucioles…). Elles sont simplement évoquées dans Imperium, puisque l’ouvrage est centré sur les problématiques d’intrigue, de vengeance, d’ambition et de rivalité au sein de
la culture célianne. Progressivement, notamment à partir d’Umbrae, ces êtres fabuleux seront décrits de manière bien plus détaillée, au fur et à mesure que le reste du monde déjà présenté sera développé de façon exhaustive.